Sextuor Rameau

Thibault Noally 900x675 © Vera Su

Jean-Philippe RAMEAU (1683-1764)
Six Concerts en sextuor (1896)
(Arrangé par Camille Saint-Saëns) :

Premier concert
« La Coulicam » – « La Livri » – « Le Vézinet »

Deuxième concert
« La Laborde » – « La Boucon » – « L’Agaçante » – « 1er Menuet » – « 2e Menuet »

Troisième concert
« La Poplinière » – « La Timide : 1er Rondeau, 2e Rondeau » – « 1er Tambourin, 2e Tambourin »

Quatrième concert
« La Pantomime » – « L’Indiscrète » – « La Rameau »

Cinquième concert
« La Forqueray » (Fugue) – « La Cupis » – « La Marais »

Dates et lieux

15 janvier 2017, 17h : Salle du Jeu de Paume, Vizille

Distribution

Les Musiciens du Louvre

Thibault Noally, violon et direction
Claire Sottovia, violon
Nicolas Mazzoleni, violon
Mario Konaka, alto
Elisa Joglar, violoncelle
Aude Vanackère, violoncelle

Présentation

Deux ans après les Pièces de clavecin en concerts, Les Musiciens du Louvre proposent les Concerts en sextuor de Rameau.

Les pièces pour concert de Rameau est le seul opus de musique de chambre du compositeur français. À l’origine cette œuvre est publiée en 1741 sous le titre « Pièces de clavecin en concerts avec 1 violon ou 1 flûte et une viole ou un 2e violon ». Les 19 pièces sont regroupées en cinq suites nommées « concerts ». Rameau a une nouvelle conception du clavecin dans la musique de chambre. Il passe d’instrument polyphonique (et accompagnateur) à instrument soliste. L’accompagnement se situerait même plus du côté des deux autres instruments (violon ou flute et viole ou violon 2) mais ils n’en deviennent pas non plus de simples accessoires destinés à mettre en valeur le clavecin.

Pendant plus d’un siècle, cette pièce tombe dans l’oubli mais Camille Saint-Saëns publie à la fin du 19e siècle une nouvelle version de ces pièces aux éditions Durand (en 1896). C’est une version arrangée pour sextuor à corde composée pour 3 violons, 1 altos et 2 violoncelles. Saint-Saëns rajoute dans ce nouvel arrangement un 6e concert tiré du « Livre de pièces de clavecin » (1728) de Rameau.

Les récits miniatures en musique aux noms énigmatiques évoquent les vingt premières années parisiennes de Rameau (« Le Vézinet », « La Coulicam ») ou, par leur côté dansant, ses célèbres opéras (« La Pantomime »). Sont-ils pour autant de Rameau ? Rien n’est moins sûr. Datés de 1768, quatre ans après la mort du compositeur, et signés de Decroix, les Concerts en sextuor pourraient être l’œuvre du collectionneur passionné de Rameau. Le mystère reste entier. Le plaisir des spectateurs aussi grâce à la richesse harmonique et à la théâtralité de la partition.

Vidéo à la une

« La Marais », l’une des Pièces de Clavecin (Rameau) enregistrée dans la Matinale Culturelle de France Musique le 16 septembre 2014.

Plus de photos

.

La Presse en parle

Plus de détails