Marc Minkowski

D’abord bassoniste, Marc Minkowski aborde très jeune la direction d’orchestre, notamment sous le regard de Charles Bruck au sein de la Pierre Monteux Memorial School aux États‐ Unis. À l’âge de dix-neuf ans, il fonde Les Musiciens du Louvre, ensemble qui prend une part active au renouveau baroque et avec lequel il défriche aussi bien le répertoire français (Lully, Rameau, Campra, Marais, Mouret, Rebel, Mondonville…) que Handel (Il trionfo del Tempo, Amadigi, Teseo, Ariodante, Giulio Cesare, Hercules, Semele), avant d’aborder Mozart, Rossini, Offenbach, Bizet ou Wagner.
Il sillonne l’Europe, avec ou sans son orchestre, de Salzbourg (Die Entführung aus dem Serail, Die Fledermaus, Mitridate, Così fan tutte, Lucio Silla en 2013) à Bruxelles (La Cenerentola, Don Quichotte de Massenet, Les Huguenots de Meyerbeer, Il trovatore en 2012) et d’Aix‐en‐Provence (L’incoronazione di Poppea, Le nozze di Figaro, Idomeneo, Sérail, Don Giovanni avec le London Symphony Orchestra en 2013) à Zurich (Il trionfo del Tempo, Giulio Cesare, Agrippina, Les Boréades, Fidelio, La Favorite), en passant par la Musikfest Bremen.
Régulièrement à l’affiche de l’Opéra de Paris (Platée, Idomeneo, Die Zauberflöte, Ariodante, Giulio Cesare, Iphigénie en Tauride, Mireille) et au Châtelet (La Belle Hélène, La Grande‐Duchesse de Gérolstein, Carmen, Die Feen de Wagner), il se produit aussi à l’Opéra-Comique où il ressuscite La Dame blanche de Boieldieu, dirige en 2002 Pelléas et Mélisande pour le centenaire de l’ouvrage, Cendrillon de Massenet; mais encore à Venise (Le Domino noir d’Auber), Moscou (création scénique de Pelléas en Russie), Berlin (Robert le Diable, Il trionfo del Tempo), Amsterdam (Roméo et Juliette, les Iphigénies en Aulide et Tauride), Vienne au Theater an der Wien (Hamlet) ou au Staatsoper où Les Musiciens du Louvre Grenoble furent en 2010 le premier orchestre français à se produire dans la fosse (Alcina de Handel).
Marc Minkowski est également l’hôte régulier d’orchestres symphoniques avec lesquels son répertoire évolue de plus en plus vers les 19e et 20e siècle de Bruckner, Mahler, Grieg, Ravel, Stravinsky, Lili Boulanger, Albert Roussel, John Adams ou Olivier Greif.
Souvent invité en Allemagne – par la Staatskapelle de Dresde, l’Orchestre philharmonique de Berlin, le DSO Berlin, le Gewandhaus de Leipzig, l’orchestre du Bayerische Staatsoper ou l’Orchestre de la Radio de Francfort, il dirige également le Mahler Chamber Orchestra, les Wiener Symphoniker, le Mozarteum Orchester de Salzburg, le BBC Symphony Orchestra, le Cleveland Orchestra, le Los Angeles Philharmonic, le Swedish Radio Orchestra, le Finnish Radio Orchestra, l’Orchestre National du Capitole de Toulouse, l’Orchestre du Théâtre Mariinsky et le Qatar Philharmonic Orchestra. Il est invité à plusieurs reprises par le Wiener Philharmoniker.
Après le succès remporté en 2009, avec Les Musiciens du Louvre Grenoble lors d’une intégrale des Symphonies londoniennes de Haydn enregistrée live au Wiener Konzerthaus par naïve – leur éditeur exclusif depuis 2007 –, la même salle les a accueillis pour l’intégrale des Symphonies de Schubert en 2012. En 2013, il enregistre Les Vaisseaux fantômes de Wagner et Dietsch avec son orchestre, et en 2014 La Passion selon saint Jean de Bach.
Marc Minkowski a été nommé directeur artistique de la Mozartwoche à Salzbourg, dont il assume la programmation depuis janvier 2013, et a été prolongé jusqu’en 2017. En Janvier 2015, il y invite Bartabas et son Académie Equestre pour une nouvelle production de Davide Penitente de Mozart.
En juin 2011, il a créé le festival Ré Majeure sur l’île de Ré.

Crédits photo: Marco Borggreve