Francesco Corti

MDLG

Francesco Corti est né à Arezzo dans une famille musicienne en 1984. Il étudie l’orgue et le clavecin à Pérouse, Genève et Amsterdam. Lauréat de plusieurs concours internationaux, comme le Concours J. S. Bach de Leipzig (2006) et le Concours de Bruges (2007), il est invité en soliste par les majeurs festivals européens (Mozarwoche et Festspiele à Salzbourg, Le BachFest de Leipzig, le Festival de Musique ancienne de Utrecht, le MusikFest de Brême, le Festival de Radio France à Montpellier, la Milanesiana), ainsi que aux États Unis, en Amérique Latine, en Extreme-Orient et en Nouvelle-Zélande. Il se produit dans des salles telles que le Concertgebouw de Amsterdam, La Tonhalle de Zürich, le Bozar à Bruxelles, le Konzerthaus à Vienne, le Mozarteum et la Haus für Mozart à Salzbourg ou la Salle Pleyel à Paris.

En 2007, à l’invitation de Marc Minkowski il rejoint Les Musiciens du Louvre; avec cet ensemble il participe à des nombreuses tournées, et joue en solo des concerti de Bach, Händel, Haydn et Mozart. Il fait partie d’autres ensembles telles que Zefiro (A. Bernardini), le Bach Collegium Japan (M. Suzuki), Les Talens Lyriques (C. Rousset), Harmonie Universelle (F. Deuter), Pulcinella (O. Gaillard), Música Temprana (A. van der Spoel) et Le Concert des Nations (J. Savall). Depuis 2015 il dirige régulièrement les Musiciens du Louvre, en un repertoire qui va de A. Scarlatti (Messa di Santa Cecilia) et Händel (Dixit Dominus), aux motets de Galuppi et Mozart. Il est aussi invité comme soliste et chef par la Holland Baroque Society et la Nederlandse Bach Vereniging.

Sa discographie comprend, entre autres, un disque de Suites de L. Couperin, une integrale des Partitas de J. S. Bach, les quatuors avec piano et le concerto K.488 de Mozart, enregistrés sur le pianoforte du compositeur aujourd’hui conservé à Salzbourg. Passionné par l’enseignement, il a donné des masterclass en Europe, Amérique Latine et Asie. Depuis septembre 2016 il est professeur de clavecin et basse continue à la Schola Cantorum Basilensis.

© C. Doutre

Partager cet article